meditationBien-être 

La méditation favorise l’amour, la joie, la sérénité



Dans son livre, “Plaidoyer pour l’altruisme. La force de la bienveillance” (NIL, 2013), Matthieu Ricard, moine tibétain, docteur en génétique cellulaire, écrivain, photographe et interprète français du dalaï-lama fait état de ces découvertes et démontre comment transformer son cerveau par la méditation altruiste 

La méditation est une science

Matthieu Ricard nous rappelle que méditer est une science vieille de 2.500 ans et qu’aujourd’hui de nombreux scientifiques apportent des preuves de la modification du cerveau par la méditation sur l’amour altruiste.  

Richard Davidson, expert en imagerie des émotions et des effets de la méditation, Antoine Lutz, chercheur au centre de neurosciences de l’Inserm à Lyon, Tania Singer, directrice du département de neurosciences sociales de l’Institut Max-Planck de Leipzig, et spécialiste de l’empathie sont des scientifiques mondialement reconnus qui ont publiés un grand nombre d’études sur le sujet.

Ils prouvent entre autres, que lorsque l’on médite, plusieurs aires du cerveau liées à la conscience de soi, à la bienveillance, au sentiment d’appartenance avec autrui et à l’empathie  sont activées, déclenchant des émotions positives, tandis que d’autres liées à l’agressivité, l’anxiété, au sentiment d’isolement, de repli comme dans la dépression sont désactivées.  La méditation sur l’altruisme constitue donc un antidote à la solitude, elle-même cause de bien des maux et troubles du comportement. 

« A raison de vingt minutes par jour, au bout de huit semaines, les participants peuvent ressentir une nette diminution du stress et des pensées de dépréciation, des comportements de procrastination, des émotions pénibles. S’ensuit alors un processus irrépressible d’ouverture à autrui ». 

L’équipe de Barbara Fredrickson, (Love.2 Marabout 2014) professeure émérite de psychologie et chercheuse en émotions positives à l’université de Caroline du Nord à Chapel Hill, a également montré que la méditation sur l’amour altruiste augmente le tonus vagal (lequel a pour vertu de calmer et de faciliter le lien avec autrui). Les sujets qui avaient pratiqué la méditation éprouvaient par ailleurs davantage d’amour, d’engagement dans leurs activités quotidiennes, de sérénité, de joie, et d’autres émotions positives. Les mesures de la condition physique des participants montrèrent aussi que leur état de santé s’était nettement amélioré.

Articles relatifs

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.